Publications de Guy GENEVOIS, psychologue clinicien:

  • L’analyse de pratiques : nature des processus identitaires en jeu. Département des sciences de l’éducation, Université Lyon , 2006.
  • Être adolescent, être en situation de handicap visuel, être citoyen. La nouvelle revue de l’AIS, numéro 29, Avril 2005, Ed : Cnefei
  • Incidence du déficit visuel sur le développement psychologique et prise en compte de la différence. La nouvelle revue de l’AIS, numéro 22, 2003. Ed : Cnefei
  • Etho-psychologie des communications et pédagogie, Revue Française de Pédagogie, 100, 1992, pp. 81-103.

Contactez Guy Genevois Psychologue clinicien :Enfants Adolescents Adultes

Éléments biographiques concernant Guy GENEVOIS, psychologue clinicien:

Guy GENEVOIS, né à Lyon, intègre le Lycée du Parc où il obtient le bac « philo » ayant suivi la terminale du professeur de philosophie Pierre JOUGUELET, alors kantien de grande renommée. Dans cette classe il lira le grand traité de psychologie physiologique de W WUNDT et suivra alors la carrière de psychologue. A l’Université de Lyon il obtient le diplôme de psychologue et celui de Conseiller d’Orientation Scolaire et Professionnelle. Il effectue son service militaire en Côte d’Ivoire comme psychotechnicien au Ministère du Travail. Son premier poste en France est dans une pouponnière (bébés malades graves ou atteints de handicaps lourds) où il développe l’usage des « baby tests » afin de distinguer les retards mentaux dus à la maladie elle-même de ceux dus aux conditions d’hospitalisation. A la même époque (1972) il prend le poste de psychologue à l’Ecole des déficients visuels de Villeurbanne, poste qu’il occupera jusqu’en 2007. C’est dans cet établissement d’enfant et adultes aveugles, qu’il fera une rencontre déterminante, celle du Docteur Serge Alain JOSSERAND, éminent psychanalyste qui deviendra quelques années plus tard Président de la branche lyonnaise de l’Institut de psychanalyse de Paris. Avec le Docteur JOSSERAND il fonde et dirige en 1982 une Unité de soins pour enfants autistes aveugles, et s’engage dans une thèse sur le rôle du visuel dans l’organisation psychique qu’il soutiendra en 1992 avec les professeurs BERGERET et COSNIER. Entre temps il fait un voyage d’étude en Angleterre à l’invitation du British Council pour étudier la prise en charge des aveugles. Il prendra contact à Londres avec la célèbre clinique pour enfants « Anna Freud Center », dans le quartier de Hampstead, à la fois centre de soins, d’éducation, de guidance parentale et de recherche, et s’en inspirera pour sa thèse et son Unité de Soins à Villeurbanne. Désormais ses centres d’intérêts sont clairs : l’enfant, la clinique, l’éducation, la psychothérapie, le conseil aux parents. Il refuse en particulier les distinctions radicales entre éducation et psychothérapie. En 1982 Guy GENEVOIS est appelé à l’Université par le Professeur René ROUSSILLON pour fonder les premiers travaux dirigés de Licence en psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent. Il y travaillera dix ans, avec entre autre le Professeur Maurice BERGER, pédopsychiatre à l’hôpital Bellevue de Saint-Etienne. En 1992, il est nommé Maître de Conférences.au département des Sciences de l’Education. Il y enseignera pendant quinze ans la psychologie de l’éducation, mais aussi une conception nouvelle de la méthode clinique. Il dirigera pendant deux années le département, puis la formation continue comme adjoint à Philippe MEIRIEU. Entré au laboratoire du Professeur Françoise CLERE,.il retrouve le monde du travail adulte, et, s’appuyant sur l’éthologie humaine que lui avait enseigné Jacques COSNIER, (dont il fréquenta le propre laboratoire quelques années), il oriente ses recherches sur les analyses de pratiques et sur l’observation et l’analyse in situ des situations professionnelles. Il mêle alors dans ses recherches l’observation directe de type éthologique à la compréhension clinique et psychanalytique des situations. Parallèlement, Guy GENEVOIS avait entrepris une formation psychanalytique. D’abord avec Charles Henri NODET, fondateur du groupe lyonnais de psychanalyse et médecin directeur de l’hôpital Saint Georges de Bourg en Bresse, psychanalyste et théologien. Puis à Paris, avec Denise BRAUNSWEIG. Pendant plusieurs années, il participe aux séminaires du Docteur Raymond CAHN, directeur de l’hôpital de jour du parc Montsouris dans le treizième. Puis il participe aux travaux d’une association de recherche dont il est vice président, réunissant médecins, enseignants et psychologues de cet hôpital. Entre temps il fréquente les cours de la Sorbonne et est inscrit à la section des sciences religieuses de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes.

En 2007 il ouvre son cabinet libéral dans le sixième arrondissement de Lyon.

(Texte réalisé par Claire JEAN)